" />

Automédication (Urino-thérapie)

Urino-thérapie, Amaroli, Manav Mootra...
 

            En 1990, à Bombay, cherchant de quoi lire pour affronter les douze heures de train qui m'attendaient, je trouvai, chez un libraire exposant ses volumes dans le hall de la monumentale Victoria Station, un ouvrage intitulé "Auto-Urine Therapy" (Manav Mootra) par Raojibhai Manibhai Patel, natif de la province du Gujarat.
 

          Le titre attira mon attention car Morarji Desaï (autre Gujarâtî, tout comme Gandhi d'ailleurs), premier ministre de l'Inde (1977-1979) à 80 ans bien tassés, avait déclaré au cours de ses fonctions qu'il devait son éternelle jeunesse à une hygiène de vie irréprochable certes, mais qu'en plus il buvait un verre de sa propre urine (sic) tous les matins depuis des décennies.

          Tout le monde s'était respectueusement esclaffé, vu l'honorabilité du personnage qui, soit dit en passant, est mort le 9 avril 95 à l'âge de 99 ans révolus. J'avais même failli devenir son émulateur à l'époque (en 1977, habitant un village du Rajasthan) mais un laxatif chimique et dévastateur avait eu raison de mon locataire indésirable, en l'occurrence un ver solitaire de 30 cm qui squattait mes entrailles depuis plusieurs mois avant d'être expulsé (par un violent relâchement du sphincter) dans une fondrière au petit matin sous les ramées. 

          J'achevai donc de lire ce petit traité dans le train qui me ramenait au village retiré (de l'Uttar Pradesh) où j'étais installé pour quelques mois. Je le relu une deuxième fois sur place pour me faire une opinion "objective" car ça allait parfaitement à l'encontre de tout ce que l'on professait sur la question. Puis je décidai de porter la coupe aux lèvres. Les premières lampées furent laborieuses. Au mois de mai, sous ces latitudes, le mercure flirte gentiment avec les 40º minimum et le sirop de vessie est très épais, bien coloré et pour tout dire fort goûteux, genre "date de péremption limite-limite".   

            Mais bon, j'étais déterminé et après tout ce n'était que ma propre(!) substance. D'ailleurs, au bout de quelques jours, le jus de miction se fit plus clairet et n'était pas pire qu'un bouillon de légumes trop salé (d'autant plus que dans ces contrées, on est végétarien par la force des choses).

          C'était d'abord une victoire sur moi-même, et cela ne m'arrivait pas souvent. Sinon, aucun changement spectaculaire puisque je n'étais pas malade (ni avant ni après). Par la suite, j'eus l'occasion de tester le produit en me frictionnant matin et soir (à l'urine fraîche, SVP) la face interne des cuisses irritées par la chaleur et le frottement du textile: au bout de quelques jours ma peau à cet endroit était devenue pareille à celle d'un bébé.

          Mais le plus intéressant fut la réaction des gens à qui j'en parlais en rentrant à Paris quelques mois plus tard. Ce fut pour le moins surprenant. Ceux que je pensais choquer le prenaient le plus naturellement du monde, alors que plusieurs personnes que je croyais blindées, à la coule et au fait de ces choses poussèrent d'épouvantables cris d'orfraie passablement ridicules.

          Bien évidemment, j'entendis plusieurs fois le mot "perversion" de la bouche même de gens qui avaient soi-disant voyagé et tenté toutes sortes d'expériences (comme cela avait  été en vogue dans les années 70). C'était parfois déplorablement amusant de scandaliser ces petites chochotes (hommes ou femmes) en évoquant une pratique absolument saine et très éloignée de toute idée de débauche, transmise (entre autres) depuis quatre ou cinq mille ans par les yogis indiens (et tibétains ensuite) réputés pour leurs ascèses et leur longévité.

          A peu près à cette époque là, je suis tombé (en ne me faisant que du bien) sur un article d'un grand quotidien nippon traduit par "Courrier International" qui disait que 2 millions de japonais boivent leur urine tous les matins, et l'on sait combien ils sont dépravés, les gens de Cipango¹ !!       

Lorsque j'étais gamin, j'avais feuilleté un ouvrage de vulgarisation, portant sur l'anatomie en général et les organes reproducteurs en particulier, où le type (pardon, l'auteur) s'extasiait devant cette mécanique aussi bien huilée (sic) mais déplorait le fait que la liqueur séminale empruntât le même conduit que l'urine (l'urètre court de la prostate jusques au gland, s'cusez du peu mais y'a une trotte!) pour arriver à ses fins (qui ne sont pas toujours… très honorables).

          Et justement, sombre patate, c'est bien la preuve que c'est un liquide tout ce qu'il y a de fréquentable puisque Mère Nature le fait jaillir par l'orifice même qui est source de vie, ou de sa transmission tout au moins. S'il y avait eu le moindre risque de pollution, nous serions constitués autrement, non? D'ailleurs, les deux (sperme et urine) sont "fabriqués" à partir du sang qui est un autre vecteur de vie (ou de mort, c'est selon).

          Ainsi, beaucoup de gens perdus en mer, dans le désert ou coincés sous les décombres après un séisme ont-ils pu survivre (parfois plus de deux semaines jusqu'à l'arrivée des secours) grâce à cet élixir. Dernier exemple pour finir (la liste serait par trop longue), l'explorateur français Paul-Émile Victor raconte que les esquimaux qu'il étudiait récoltaient l'urine dans une grande vasque (une sorte d'impluvium donc) au centre de l'igloo commun et s'en servaient (outre comme antiseptique sur les blessures) pour se laver les cheveux. Au voyage suivant, le grand homme (Dieu ait son âme) leur a amené du savon: j'espère au moins que c'était du blanc de Marseille.

          J'ai personnellement bu un petit verre de mon urine fraîche (deuxième jet de la première miction à chaud) tous les matins durant six ans sans jamais connaître aucun problème d'empoisonnement. Puis j'ai considérablement réduit mon ingestion par pure fainéantise: cela reste quand même dur à avaler surtout quand on se porte comme un charme. En cas de migraine ou de dérangement intestinal, il m'arrive même de prendre des cachets (sacrilège ), plus pratiques et souvent aussi efficaces, sachant que je pourrai toujours boire à la source en situation de détresse.

          Je voudrais au passage contester un argument malencontreusement utilisé par le néanmoins très respectable John W. Armstrong dans son admirable traité "The Water of Life" (l'Eau de Vie) ²:

il cite un passage de la Bible où il est dit "Bois les eaux de ta propre citerne" (Proverbes, 5:15) comme preuve que l'urino-thérapie est une injonction divine, mais si l'on se penche sur l'ensemble du texte en question, on s'aperçoit que cela fait uniquement référence à la fidélité conjugale. Il s'agit donc d'une tentative de récupération mal à propos et trop facile. Je reconnais que la manœuvre avait de quoi séduire mais il faut parfois savoir résister à une tentation (même biblique) si l'on veut rester crédible.         

Être accusé de manquer de rigueur intellectuelle lorsqu'on est sincère par ailleurs peut se révéler dommageable pour la cause que l'on défend (surtout si celle-ci est juste, comme c'est le cas). D'autres comme le Dr G.K. Thakkar citent l'Évangile selon St Jean (4:14-15 et 7:37, 38), mais il est clair qu'en lisant ces passages, on comprend que, même en paraboles, le Christ ne parle pas de l'eau de la vie éternelle comme étant l'urine (faudrait pas prendre des vessies pour des lanternes ! Ou le contraire...).

          En 1990 donc, et comme tout nouveau converti, j'aurais voulu propager la bonne nouvelle afin d'en faire profiter le plus grand nombre, mais j'ai vite déchanté car les gens n'en ont cure (c'est bien le cas de le dire) et je les comprends très bien: depuis la "révélation" j'ai eu moult fois recours à la médecine allopathique (i.e. chimique et moderne), et ce avec bonheur. Inutile donc de déranger les bonnes habitudes.

          Par contre, il y a des cas où cela pourrait être bien utile car plus efficace et moins coûteux, mais c'est peut-être pour cela qu'il ne faut pas trop s'en mêler non plus [ ³].

          Je me permettrai simplement de donner un conseil aux toxicomanes (consommateurs d'opiacés): en cas de manque soudain, rien de tel pour décrocher en douceur que d'ingurgiter un maximum de sa propre urine qui contient forcément une bonne dose de produits encore actifs plusieurs heures après le dernier shoot (ou sniff). A chaque ingestion, le corps re-filtre et retient toujours quelque chose d'utile pour lui.


Keith Richards, Jim Morrison, John Lennon

Traduction: Une légion entière de stars du Rock, accros à l'héroïne,

ont soi-disant essayé l'urino-thérapie au début des années 70...

  

            Je n'ai jamais eu l'occasion de tester moi-même car j'avais arrêté de "fixer" (shooter) plusieurs années avant de découvrir cette thérapie. Je me souviens qu'en crise de manque, il m'arrivait de pisser carrément vert, c'était fort peu ragoûtant, mais pendant le sevrage, on est prêt à avaler n'importe quoi afin de calmer la douleur et dormir un peu. En 93, à Paris, un ami m'avait fait manger des champignons "magiques"; et alors que j'avais atteint la "vitesse de croisière" (i.e. après la montée du "trip"), j'ai avalé un bon verre de ma production et ça m'avait tout de suite mis les "boosters". C'est une pratique bien connue en Amérique du sud (où ils ont tous les champignons qu'il faut). Faites une  expérience toute simple: humez votre miction après avoir mangé des asperges et vous verrez que c'est parfumé comme un velouté. On en reprendrait presque une louche !

Raymond Vergé

Notes:

¹cf. José Maria de HEREDIA, Les conquérants, 1893

 

²The Water of Life: a treatise on urine therapy by J.W. Armstrong, Health Science Press, 1 Church Path, Saffron Walden, Essex, England, 1971 - ISBN 0 85032 052 6. Ce livre a été publié par d'autres maisons d'édition dans différents pays. Je n'ai pas trouvé grand-chose sur la vie de ce monsieur plutôt discret sur lui-même (et disert sur son thème de prédilection), mais j'ai lu qu'il avait été blessé pendant la guerre de 14-18. Et je ne sais quand, comment et où il est mort.

 

³Les enjeux financiers étant tellement énormes que cela pourrait être très dangereux, à mon avis, pour quiconque tenterait de le faire, car tous ceux qui gravitent dans la galaxie pharmaceutique n'apprécient pas qu'on leur fasse de la concurrence même si c'est de manière désintéressée et philanthropique. D'ailleurs, l'urine est utilisée dans la pharmacopée occidentale, en cosmétique notamment, mais bien sûr les industriels n'en parlent pas (pour ne pas choquer les mentalités, sans doute ?).

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pour éviter de chercher: José Maria de HEREDIA/Les conquérants

 

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,

Fatigués de porter leurs misères hautaines,

De Palos de Moguer, routiers et capitaines

Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal

Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,

Et les vents alizés inclinaient leurs antennes

Aux bords mystérieux du monde Occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,

L'azur phosphorescent de la mer des Tropiques

Enchantait leur sommeil d'un mirage doré ;

Ou penchés à l'avant des blanches caravelles,

Ils regardaient monter en un ciel ignoré

Du fond de l'Océan des étoiles nouvelles.

 

Cipango est le "rendu phonétique", l'ancienne prononciation du mot "Japon". J'avais lu ça dans le bon vieux "Lagarde et Michard", manuel de Littérature Française (XIXe siècle, classe de 1ère), sinon, on ne le trouve dans aucun dico de français, du moins dans les miens (j'en ai 4).

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

COMPLÉMENT D'INFO;

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amaroli

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 PISSE-FROID S'ABSTENIR...

ELLE ME FAIT DES FLEURS

C'est une espèce de 'patatier' [sans pommes de terre]. 
Au début, ce n'était que de simples tiges sans aucune feuille. 
Puis ça s'est mis à pousser, à verdoyer gaillardement.
Maintenant y'a même de jolies fleurs et d'autres qui s'annoncent... 
 
J'arrose et vaporise (au brumisateur) mes plantes vertes
tous les jours. Engrais maison: un volume d'urine (perso)
et 5 à 10 volumes d'eau. Qu'on ne vienne pas me dire que
c'est du poison: elles sont très contentes et poussent à
vue d'œil. La preuve...
 
 
 
 


03/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres