" />

Décès d’un étranger en Thaïlande

Témoignage et formalités 
(rapatriement du corps ou des 
cendres par Europ Assistance) 

Auteur: Alain ETCHETO (commissaire divisionnaire à la retraite)


Alain Etcheto (2ème à partir de la gauche) chez lui à Pattaya,
avec des amis français - novembre 2010

PATTAYA, le 11/10/01

         Le Jeudi 30 Septembre, mon jeune frère qui était venu avec sa femme me voir en Thaïlande, est décédé brutalement à Chiangmai à 6H30 du matin.

         La pénibilité de cette situation ne s’est pas atténuée au contact des formalités à accomplir et qu’il m’a paru utile de rapporter ici, afin que chacun puisse en tirer profit.

    Il avait acheté les billets d’avion avec une carte VISA du Crédit  lyonnais, ce qui lui conférait la protection d’Europ Assistance. La première chose faite par ma belle-sœur qui ne parle ni thaï ni anglais, a été d’informer Europ Assistance afin qu’un numéro de dossier lui soit attribué, ce qui a rapidement été fait, malgré l’heure matinale et le décalage horaire.

 


     Elle a rapidement été rejointe et soutenue par Jean-Paul Debeyre, gérant français d'une guest-house de CHIANG MAI (Old Tree's House) chez lequel ils devaient passer la nuit suivante. Qu’il en soit fermement remercié.


Nat Choeungwelling

     Est arrivée ensuite Nat Choeungwelling, guide francophone de Bangkok, qui avait partagé ses journées précédentes avec eux et n’a pas hésité à les rejoindre pour les aider. Sa présence sera déterminante pendant les trois jours suivants pour la compréhension de la procédure administrative. Un grand coup de chapeau et toute ma reconnaissance à Nat.

    Mon frère ayant toujours souhaité se faire incinérer il semblait très simple de le faire ici même à Chiangmai. Il a donc fallu faxer à Paris une autorisation de son épouse pour procéder à l’incinération. Après deux essais c’était fait.

    Europ Assistance précisera au deuxième ou troisième coup de fil que la prise en charge totale de l’incinération par la compagnie se limitera à un total de 800 euros, urne comprise.

    A notre arrivée (je suis parti à Chiangmai avec ma femme thaïlandaise), j’ai pris contact avec l’ambassade pour signaler le décès: après pas mal de Chopin et de ... ne quittez pas ... on m’a passé une employée de l’état civil à laquelle j’ai signalé le décès.

    Quand je lui ai demandé quel était le rôle de l’ambassade, elle m’a dit : « nous on ne fait rien, on se limite à l’autorisation de transport de l’urne et à des papiers pour le décès ... »   ...

Circulez, il n’y a rien à voir...

    Jeudi plus rien, vendredi 16h toujours rien de nulle part, alors je tente ma chance auprès de l’ambassade qui devrait pouvoir, mais je dois être naïf, m’expliquer un peu mieux ce qui se passe.

    DTAC (GSM) dopé, je tente ma chance : « faites le 1 ou le 2, Chopin, votre correspondante est en ligne, je vous mets en attente ? Non ? A plus ».

    Rebelote : Chopin, attente ? Oui !!! Chopin, une fois, deux fois, « votre correspondante est en rendez-vous on ne peut pas la déranger ». Nom de Dieu !

    Rerebelote : RereChopin, DTAC malade, toujours en rendez-vous ! Là je n’en peux plus et je m’en prends à la téléphoniste : » Le week-end va arriver, vous allez fermer et je n’arrive pas à avoir le moindre renseignement !!! Elle ne peut pas faire attendre un peu son rendez-vous ? Je vais faire un saut à l’ambassade et ça va chauffer !».

    Réponse : « Non Monsieur, on ne peut pas la déranger dans son rendez-vous, oui il y a une permanence le week-end à l’ambassade mais elle ne pourra rien faire pour vous ! »

    Permettez moi une digression, si une permanence ne sert à rien autant faire des économies et mettre un autre disque avec du Vivaldi ou faire un renvoi directement aux Affaires Etrangères à PARIS.

 

    C’est curieux j’ai toujours pensé que les fonctionnaires étaient faits pour fonctionner, j’en étais, mais me faire shooter comme ça je n’aime pas. Ma belle-sœur ne comprend pas non plus et se demande à quoi peut servir l’ambassade si on n’est pas capable d’apporter la moindre aide ou le moindre réconfort à des ressortissants qui en ont besoin. Et il me semble que c’est le cas pour ma belle-sœur. Pourquoi ne pas désigner nommément un fonctionnaire parlant aussi le thaï qui serait capable de donner les bonnes explications, de passer les coups de fil nécessaires tant auprès d’Europ Assistance que de son correspondant thaïlandais et aussi des administrations thaïlandaises concernées, de faire le lien avec une famille désorientée. Si c’est une question de coût de téléphone, l’ambassade n’aurait qu’à présenter la facture, cela fera toujours moins que ce que nous avons dépensé... Ah ce n’est pas dans les attributions de l’ambassade ? Trop compliqué ? Qui peut et doit le faire alors dans un pays étranger pour un ressortissant français !!!


    Le vendredi en fin d’après midi Nat a enfin une bonne nouvelle : Europ Assistance a pris langue avec Asia Assistance : il manque seulement une pièce jointe (la demande d’incinération).

    Là aussi : « je l’ai envoyée, elle n’est pas arrivée, je vous renvoie le tout », et, miracle, le début de dossier semble complet à Bangkok.

    Asia Assistance contacte les Pompes Funèbres thaïlandaises qui – manque de pot – ne peuvent plus rien faire puisque l’ambassade est fermée. Tiens donc ils ont un petit quelque chose à faire ? Je comprends enfin qu’il y a un dossier à retirer à l’ambassade par le préposé avant qu’il ne vienne sur Chiangmai. Conclusion : rien de nouveau avant Lundi.

     Vendredi 19h: Caroline d’Europ Assistance me rappelle avec une étrange nouvelle : « mon supérieur, ou un des mes chefs, vient de relire le contrat d’assurance et il n’y a rien qui prévoit le rapatriement des cendres !!! Le corps vous pouvez mais pas les cendres ! »

    Une telle absurdité me laisse sans voix mais bien embarrassé d’autant plus que ma belle-sœur est à l’aéroport et comme nous l’avions décidé elle se prépare à rentrer en France.

    Toujours pas de nouvelles, alors je rappelle Caroline pour lui dire qu’entier ou dans une urne il faut qu’ils ramènent le corps de mon frère en France. Et là, bonne nouvelle «Mon chef a relu le contrat - c’est un contrat type VISA-EUROP ASSISTANCE - et nous prendrons en charge le rapatriement de l’urne».

    Franchement, je ne suis pas méchant mais quand on se dit chef de quelque chose et que l’on dit ou fait dire des âneries pareilles, on devrait être viré ou changer de métier.


    Lundi matin: ça bouge enfin. Une nouvelle employée de l’ambassade m’appelle et me donne tous les numéros de téléphone nécessaires: celui des Pompes Funèbres et le nom du responsable, le numéro de la morgue à Chiangmai où se trouve le corps de mon frère depuis l’autopsie, le nom et le téléphone du policier de Chiangmai chargé du dossier. Elle me réclame aussi une photocopie du passeport de mon frère, ce que je fais aussitôt.

 

          En début d’après midi, le préposé des Pompes Funèbres peut aller à l’ambassade où on lui délivre un document l’autorisant à transporter l’urne après l’incinération. Nous, nous contactons le lieutenant de police qui nous réclame une copie du passeport de ma belle-sœur. Internet c’est super pour ça et vers 16h tout est prêt. On va voir le lieutenant, il prend le document, prend aussi une photocopie du passeport de mon frère et le mien qu’il scanne. Il oublie d’ailleurs mon passeport dans le scanneur et je devrais y revenir à 20h.

        L’employé des Pompes Funèbres rallie Chiangmai dans la matinée du Mardi. Nat m’avertit qu’il nous appellera lorsque toutes les démarches seront terminées pour un rendez-vous à la morgue. Il se rend seul à l’hôpital, va voir le lieutenant de police qui se rend compte que sur le document de l’ambassade la date du décès de mon frère est erronée puisqu’elle porte la date du 1er octobre...

       Il doit se rendre à toute vitesse au consulat de Chiangmai et y parvient juste avant midi. Coup de bol, car l’après midi, c’est fermé.

 

        Il peut poursuivre ses démarches et la suite se passera normalement: le rendez-vous avec nous, le transport au temple et l’incinération. Il ramènera les cendres à Bangkok pour les compiler, les placer dans une urne et porter celle-ci à l’ambassade avec le passeport de mon frère pour apposition des scellés, et délivrance d’un acte de décès traduit. L’ambassade va encore réclamer à Bayonne un certificat d’acte de naissance qui parviendra en Thaïlande après un certain nombre d’échecs...

    Asia Assistance s’occupera normalement du transfert des cendres et Europ Assistance assurera le relais jusqu’à BAYONNE. L’urne arrivera à destination le samedi 9 dans l’après midi.

     Comme vous le voyez, cela n’a pas été aussi simple que cela aurait dû l’être: si, dès le départ, on m’avait bien expliqué le processus à suivre, les documents à fournir (pourquoi attendre 8 jours pour demander le certificat de naissance etc...), la suite aurait été moins stressante pour tout le monde.

       Pourquoi l’ambassade, qui doit être notre interlocuteur privilégié, n’établi-t-elle pas une fiche type, que ce soit dans le cas qui m’a préoccupé ou dans un autre, où tout serait porté et mis à disposition des intéressés si ses fonctionnaires ne sont pas aptes à les renseigner ou ne peuvent le faire à cause de leurs innombrables rendez-vous....

       Ce n’est certainement pas mission impossible et tout le monde a à y gagner.

Alain ETCHETO (commissaire divisionnaire à la retraite)

Nota bene: un commissaire divisionnaire est un commissaire de police chargé d'une brigade régionale de police judiciaire

 

**************************************

FORMALITÉS

Décès d’un étranger en Thaïlande:

rapatriement du corps ou des cendres

par

 

      Aussitôt après le décès, l’arrivée des secours et les constatations de police, le corps du défunt est transporté aux fins d’autopsie à l’hôpital. Après celle-ci, il sera évacué vers la morgue du même hôpital.

         En ce qui concerne les formalités à effectuer, il faut:

        -Prendre contact avec Europ Assistance: tél. 001-33-1-41-85-85-85. Le service est ouvert jour et nuit et vous donne un numéro de dossier à conserver précieusement et qui sera réclamé à chaque intervention.

        -Leur envoyer par mail l’autorisation de procéder à une incinération émanant de la veuve par exemple.

          -Leur adresse courriel: medical@europ-assistance.fr

        -Prendre contact avec l’ambassade à BANGKOK au 02-657-51-00 et signaler le décès au service de l’état civil: ils auront besoin rapidement de la copie du passeport du défunt puis de son acte de naissance que vous devrez faire envoyer par la mairie de son lieu de naissance.

        -Europ Assistance prendra contact par FAX avec Asia Assistance à BANGKOK sans omettre d’envoyer en pièce jointe l’autorisation d’incinération précédente.

       -Asia Assistance va s’adresser aux Pompes Funèbres thaïlandaises qui vont-elles-mêmes contacter l’ambassade afin de s’y faire remettre une autorisation de transporter l’urne que les Pompes Funèbres vont fournir.

       -Ce service va se rendre à l’endroit du décès, préparer les formalités avec l’hôpital où se trouve le corps, puis se rendre auprès des services de police chargés de l’enquête avant de retourner à la morgue.

        -Ces services de police vont réclamer pour leur dossier une copie du passeport du défunt, de celui du veuf ou de la veuve.

        -De la morgue les Pompes Funèbres vont assurer le transport jusqu’au temple où aura lieu la crémation (environ 3 heures), récupérer les cendres, les ramener à BANGKOK où elles seront compilées et placées dans l’urne. Elles les porteront ensuite à l’ambassade avec le passeport du mort pour apposition des scellés, rédaction et traduction de l’acte de décès. Le forfait fixé par Europ Assistance pour la crémation, la fourniture de l’urne est actuellement de 800 euros.   

          -L’ambassade remettra à Asia Assistance, l’urne, le passeport et l’acte de décès pour les acheminer sur Paris.

          -Une fois à Paris c’est Europ Assistance qui se chargera de transmettre l’ensemble jusqu’à se destination finale.

 

REMARQUES : n’attendez aucune aide particulière de votre ambassade, ils sont incapables de vous conseiller ou de vous expliquer ce que vous devez faire, ce qui va se passer ou cela leur est complètement égal (au choix).

Par contre vous avez tout intérêt à trouver un interlocuteur parlant thaï et français  qui pourra assurer la liaison avec Asia Assistance et les Pompes Funèbres thaïlandaises.  

Faute de quoi vous risquez de passer des heures encore plus... démoralisantes.

 

 

 

PRENDRE SES DISPOSITIONS POUR L'EXÉCUTIONS
DE SES DERNIÈRES VOLONTÉS
EN [THAILANDE ] 

(PUBLIÉ PAR LE CLUB ENSEMBLE)

http://www.club-ensemble-thailande.com/go.php?pg=index&flash_id=2&PHPSESSID=5fee242532ad1b42016bad15c7ce87fa

BULLETIN NUMERO 15 D’OCTOBRE 2010 - Réunion plénière du 14 Octobre.

LE MOT DU PRESIDENT : Lors de l’ouverture de la réunion, une minute de silence a été dédiée à la mémoire de Jean Marie, patron du Canary Bay. Le Club Ensemble est avant tout une communauté qui partage les bons comme les mauvais moments. Je vais vous détailler quelques conseils pratiques qui sont traduits d’un fascicule intitulé: Le dernier voyage « l avez-vous préparé ?» par John Coughtrie (disponible à l’ Expats Club hôtel Gran Sole).

          Vivre dans un pays étranger soulève un certain nombre de problèmes: indiquer ce qui doit être fait si nous perdons connaissance et faire connaître qui va s’occuper de nos dernières volontés. Le respect de l’accomplissement de nos dernières volontés demande un minimum de préparation.

1) S’assurer que vous avez écrit vos dernières volontés en thaï, et que vous avez désigné un exécuteur testamentaire.

2) S’assurer que vos proches et votre famille sont au courant que vous avez désigné cet exécuteur.

3) Lequel saura qui contacter et où se trouve une copie de vos volontés. Selon la loi thaïlandaise, si vous n’êtes pas clairement établi en Thaïlande, vous devez posséder un testament thaï. Les biens propres (actifs) s’étendent à toutes vos possessions personnelles : Téléphone portable, ordinateur, montre, caméra, compte en banque, meubles de maison, TV, DVD.

         Donc : Avez-vous désigné qui de votre famille possède un accès à votre compte en banque? Est-ce que quelqu’un connaît le mot de passe de votre ordinateur? Êtes-vous enregistré à votre Ambassade ? Toutes ces questions et les problèmes éventuels peuvent être résolues en ayant un testament thaï, plus un rendez vous avec un avocat comme exécuteur. Vous aurez ainsi le plus de chances pour que ce qui doit être fait, le soit dans le moins de confusion possible. Si vous êtes victime d’un accident et que vous soyez incapable de communiquer avec le docteur et vos proches : Avez-vous un traitement régulier à prendre, ou bien des allergies connues ? Avez-vous une assurance médicale, et y a t il quelqu’un qui le sait, et pourrait contacter vos proches et l’assureur?

          C'est une bonne idée de s’enregistrer dans l’hôpital de votre choix qui aura votre dossier médical et connaissance de votre assurance. Vous pouvez mettre la carte de l’hôpital et de l’assurance dans votre porte feuille. De la même manière qui peut accéder aux fonds pour payer le traitement de l’hôpital ? Vous pouvez rédiger à l’adresse de l’hôpital et du médecin (après avoir certifié que vous êtes sain d’esprit) une lettre précisant que vous demandez que votre vie ne soit pas artificiellement prolongée et que vous puissiez conserver votre dignité. Des funérailles traditionnelles peuvent être organisées à Pattaya. Le rapatriement du corps est possible par bateau pour ceux qui le souhaitent.

        Nous remercions M. Michael Maigne, Secrétaire de l’Expats Club qui est intervenu pour expliquer certains points et toutes les personnes qui ont participées à la discussion qui a suivi car le sujet est loin d être clos. A l’issue de la prochaine réunion mensuelle, une visite du Bangkok Pattaya Hospital sera organisée. Pensez à vous inscrire auprès du secrétariat. Nous possédons un nouveau local pour les réunions et les permanences du club : Résidence Wiwat 292/4 M10 Nongprue, Banglamung, Chonburi 20150. Le plan d’accès est détaillé sur le site.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

SOCIAL - La pauvreté progresse chez les étrangers en Thaïlande

De plus en plus d’étrangers séjournant en Thaïlande sombrent dans la misère. Le phénomène est certes marginal, mais il s’amplifie au point que les pouvoirs publics envisagent une loi pour leur porter secours.

Arrivés comme touristes ou comme retraités, de plus en plus d’hommes occidentaux sombrent dans la misère totale. Sans ressources et sans domicile, ils vivent dans la rue et deviennent mendiants. Le phénomène est marginal, mais selon la Fondation Issacharon, il s’amplifie. Cette ONG caritative, qui intervient auprès des personnes défavorisées, signale des dizaines de cas notamment à Chang Maï, Phuket et Chonburi. Natee Saravari, secrétaire général de la Fondation Issarachon explique dans The Nation, que "la plupart du temps ces hommes ont été dupés et spoliés par leur ex-épouses ou par des partenaires thaïlandais peu scrupuleux".

Beaucoup d’entre-eux finissent par être arrêtés par la police avant d’être expulsés du pays. La misère et l’exclusion frappent également plusieurs ressortissants chinois et cambodgiens comme le confirme au journal The Nation un directeur d’asile à Nonthaburi. La fondation relève qu’il n’existe aucune loi ou règlement pour assister et protéger ces étrangers. C’est pourquoi elle demande que cette lacune soit comblée par l’adoption d’un texte législatif permettant qu’une assistance directe puisse leur être portée. L’appel semble avoir été entendu. Un haut fonctionnaire du ministère, Panya Kangphorn, a déclaré qu'un projet de loi sur l'assistance aux étrangers allait être prochainement examiné par le parlement.

FP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) mardi 20 août 2013



15/10/2010
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres