" />

Gérard Moric: un Breton multicartes

          Profitant à Pattaya d'une retraite des plus actives, ce bon-vivant, épicurien, éclectique et passionné continue de mener une vie remplie de défis, revendiquant un orgueil de bon aloi et un goût certain pour la magie. Importateur et distributeur des meilleurs vins français en Thaïlande (via son épouse), il a, comme Rabelais, l'amour de la 'dive bouteille' et se fait l'émule de Voltaire en cultivant son jardin.

Portrait

          Son défi originel fut sans doute de naître à Guimiliau, dans le Finistère, en avril 47 après l'hiver le plus rude que l'on ait connu dans ce petit village de 777 habitants et à 222 m d'altitude. Initié dès l'âge de sept ans au travail de la «chambre noire» par un voisin photographe, il découvre la magie de l'argentique en même temps que l'illusionnisme, deux passions qui continuent de l'émerveiller encore à ce jour.

          Durant ses études à Brest pas forcément brillantes (de son propre aveu), il développe sa capacité de mémoire en apprenant par cœur les pages du Chaix, l'annuaire officiel des chemins de fer, une pratique qui sera déterminante dans toutes ses aventures professionnelles.

          Sa vocation pour la chirurgie dite maxillo-faciale osseuse lui vient à 17 ans lorsqu'il voit son dentiste lui façonner une couronne… et c'est la voie royale: première année de médecine à Brest puis études dentaires à Nantes où il termine major de sa promotion. Diplômé en 1972 à 25 ans. L'année suivante, un décret permet d'obtenir le doctorat en chirurgie dentaire donc obligation de se remettre aux études parce que son orgueil n'aurait pas supporté d'avoir seulement chirurgien-dentiste sur sa plaque sans le titre suprême. Il devient donc docteur ès sciences orthodontiques, qui permet aussi l'enseignement en faculté.

          Il ouvre son cabinet en avril 75 sur le Cours des 50 otages, les Champs-Élysées nantais, et y fera sa carrière jusqu'au 31 mai 2008, jour de sa retraite, après avoir été, entre autres, durant son service militaire à la tête du service de stomatologie de l'hôpital Broussais de Nantes, l'hôpital des armées.

          En 1978, il crée la première radio libre à Nantes: Radio 100, infos et musiques. L'indice d'audience dépasse celui d'Europe 1 et RTL mais au bout de quatre ans, la loi le contraint à interrompre ses émissions pour avoir pris une orientation commerciale, absolument interdite à l'époque.

          Dans la foulée, il se lance à fond dans la magie qu'il n'avait jamais abandonnée, rejoignant l'amicale Robert Houdin (1805–1871, le père de l'illusionnisme moderne), et se produit un peu partout dans un rayon de 400 km autour de Nantes, prenant pour nom de scène Gérard Moric (Armorique: jeu de mots!), un pseudo commode et obligatoire car le conseil de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes interdit toute publicité en nom propre. Une carte de visite qu'il a toujours utilisée dans ses différentes prestations artistiques (radio, photo, création de sites Internet…) et jusqu'ici, en Thaïlande.

          Alors, justement, la Thaïlande, pourquoi et comment? Au départ, une raison très prosaïque: il y a 25 ans, ayant acheté les murs de sa clinique, il se retrouve à court de budget pour des vacances en Occident. Un ami lui recommande le royaume de Siam (peu onéreux), il suit ses conseils et c'est le coup de foudre, une révélation! Ensuite, il reviendra tous les ans, voire deux à trois fois par an, sillonnant l'Issan au guidon d'une mobylette, fasciné par le quotidien modeste mais serein des paysans, pour qui la notion de demain n'a pas du tout la précision chronologique à laquelle nous sommes habitués.

          Deuxième évènement déterminant et qui va précipiter les choses: en 2004, il rencontre sa future épouse thaïlandaise (enseignante à Chanthaburi) et au cours d'un séjour de plusieurs mois au pays du Muscadet, elle se prend de passion pour le travail de la vigne, en passant par tous les stages, de la culture du raisin à la mise en bouteille.

          Lui-même est né et a vécu très longtemps en milieu viticole (au Pays Nantais), il est donc imprégné des traditions vigneronnes, et c'est ainsi qu'une fois revenus en Thaïlande, ils décident de créer une compagnie d'importation et de distribution de vins exclusivement français et en provenance directe des viticulteurs, son rôle à lui se bornant à faire un choix sélectif du produit en France, tout le reste étant sous la gouverne personnelle de sa femme.

          Pattaya n'était pas forcément leur lieu de résidence préféré, mais business oblige, le choix s'impose pour y installer leurs bureaux. Cela lui laisse tout le loisir de s'adonner à ses autres passions: le développement de sites Internet (ayant depuis longtemps maîtrisé le langage HTML, agréé CSS 3, pour les initiés) et la botanique (puisqu'ils ont fait l'acquisition d'une maison dotée d'un jardin d'agrément).

          Il ne faut pas trop le pousser pour qu'il raconte ses expérimentations: «Je fais des essais d'acclimatation de plantes européennes, notamment la groseille à maquereau (qui tient son nom d'une habitude culinaire des gens du Nord, qui cuisent volontiers le maquereau, poisson gras, avec des groseilles très acidulées), les hémérocalles, les clématites, les amaryllis, les différents bulbes comme le crocus, les narcisses (des plantes inconnues en Thaïlande), mais les stars de mon jardin restent quand même un groupe de onze bananiers qui me donnent régulièrement des bananes superbes et succulentes». Et les plantes tropicales l'intéressent aussi, comme les différents cocotiers et palmiers (dont les palmiers bouteille, appelés ainsi à cause de la forme de leur tronc) et l'une de ses fleurs favorites est bien sûr l'orchidée (qui compte 20 000 espèces au monde!).

          En conclusion, il avoue : « La Thaïlande est mon dernier défi. Dans huit ans, j'aurai 70 ans d'un bonheur parfait, et je pense que peu de pays offrent une telle fin de vie à un Européen… ».

Raymond Vergé

Parmi la bonne douzaine de sites créés par Gérard Moric, citons bien sûr:

http://www.thaifrenchwine.com et http://www.armoric44.com son site de photos,

ainsi que la référence pour les plantes et jardins de Thaïlande:

http://www.jardindesiam.com

VOIR AUSSI SES PHOTOS SUR LA PAGE:

Un Français champion de Thaïlande (Superbike)




05/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres