" />

Sunthorn Phu, Le Shakespeare siamois

Tous les ans, le 26 juin, dans le parc qui porte son nom (à Ban Kram, Klaeng, province de Rayong) et dans les écoles de la région, est célébré l'anniversaire de la naissance de Sunthorn Phu, le plus grand des poètes thaïlandais du 19e siècle, reconnu et honoré par l'Unesco en 1986, à l'occasion de son bicentenaire…

           Né en 1786, juste quatre ans après la fondation de «Kroung-Thep» en tant que nouvelle capitale du Siam et le début de la dynastie Chakri (dont il servit les quatre premiers monarques), Sunthorn Phu allait devenir la voix de la Nation et l'un de ses buveurs les plus célèbres.

          Il grandit donc sous le règne de Rama I (1782-1809) mais parvint à la gloire éternelle lorsque, en prison, il se mit à écrire «Phra Aphai Mani», un très long poème plein d'aventures qui, publié en feuilletons, devint immédiatement populaire dans le Bangkok de Rama II (1809-1824), et qui, encore jusqu'à la fin des années 1970, faisait partie du cursus scolaire national.

          Cette épopée versifiée raconte les péripéties de deux princes, Phra Aphai Mani et Srisuwan. Le roi, leur père, les envoie dans la forêt à la recherche de maîtres spirituels qui puissent leur enseigner la sagesse en même temps que l'art de la guerre. Pendant toute cette période, ils observent les anciens préceptes de la tradition indienne en vivant comme des ascètes avec d'autres contemplatifs.

          Au bout de sept années, ils reviennent auprès de leur père, chacun ayant maîtrisé sa discipline. Phra Aphai Mani avait tellement bien appris l'art de la flûte que quiconque entendait ses mélodies tombait dans un profond sommeil. Srisuwan avait si parfaitement pratiqué la danse avec un bâton qu'il pouvait défaire quiconque essayait de l'agresser.

          Malheureusement, le roi fut très déçu qu'ils n'aient pas suivi une formation leur permettant de lui succéder [sur le trône] et il les bannit de son royaume. Les deux frères passèrent le reste de leur vie à errer à travers l'Asie, mais leurs connaissances se révélèrent précieuses chaque fois qu'ils eurent des ennuis. Après bien des aventures dignes des grandes épopées hindoues, Phra Aphai Mani décide de finir sa vie comme ermite dans la forêt. 

          Sunthorn Phu composa d'autres œuvres, comme La légende de Sudsakorn, Singhakraiphob, Nirat Mueang Klaeng, Nirat Phra Bat, Nirat Suphan, Nirat Wat Chao Fa et Nirat Phra Prathom (Nirat vient du mot Sanskrit «nirash», évoquant les sempiternelles affres de l'amour et de la séparation) et autres poèmes, ainsi que des berceuses pour les enfants de sang royal.

          Mais véritablement, le texte qui résume le mieux sa vie mouvementée est celui intitulé «Un poète ne peut échapper à l'alcool». Ces 13 courtes lignes pourraient constituer sa biographie:

«Me voici à la distillerie; Un poêle fumant sous un seau accroché à la corde d'une perche. Ô Destinée, à cause de cette eau perfide, je suis ivre, fou et honteux. Je devrais me repentir et me libérer afin d'être plus fort devant l'alcool, ne plus m'en approcher ou le voir. Mais quand je ne suis pas ivre de vin, je suis malade d'amour. Comment mettre un terme à la tentation? La migraine disparaît bien vite, mais le chagrin d'amour dure toujours.»

 

          Ses beuveries pouvaient être si extrêmes qu'une fois il fut emprisonné pour avoir blessé un de ses cousins au terme d'une séance particulièrement violente. Il connut aussi le cachot pour ce qui est le fléau des poètes romantiques: La passion amoureuse, ayant eut une aventure avec une jeune femme du nom de Chand, camériste à la cour du roi Rama II. Lorsque cela se sut, l'élégiaque fut arrêté et jeté en prison. Néanmoins, sa popularité était telle que le monarque lui pardonna l'offense et le fit libérer. Les amants eurent finalement la permission de se marier. Malgré son alcoolisme, Sunthorn Phu vécu jusqu'à l'âge de 69 ans, un record pour l'époque.

Raymond Vergé

 

Commémoration annuelle le 26 juin au «Sunthon Phu Memorial Park» (Ban Kram, Klaeng, Rayong, non loin de Bang Phé, l'embarcadère pour Koh Samet): pièces de théâtre, récitals de musique et spectacles de marionnettes basés sur son œuvre littéraire, ainsi que des lectures de ses poèmes.

Suthorn Phu: Memorial in Wat Sri Sudaram, Bangkok

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Musée Sunthorn Phu à Bangkok:

Wat Thepthidaram, près de Mahachai Road,

ouvert tous les jours de 8h à 17h, entrée libre. Tél: 02 222 5067

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=1385

CLEFS POUR SUNTHORN PHU, par Frédéric Maurel

Recherches asiatiques - ASIE Thailande

Le poète thaï Sunthorn Phu (1786-1855) a réalisé dans son œuvre deux idéaux esthétiques contradictoires. En effet, il apparaît d'une part comme un poète classique, reprenant les genres traditionnels, la composition classique en vers, et les thèmes de la culture thaïe. Mais, d'autre part, il éclaire ces éléments traditionnels d'une sensibilité littéraire nouvelle, opérant ainsi une synthèse originale qui fait de lui un poète véritablement créateur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La légende de Sudsakorn (transposée au cinéma)


http://www.cinemotions.com/modules/Films/fiche/36891/Legend-of-Sudsakorn.html

Legend of Sudsakorn - 2006 - Thaïlande - 1h55 

Aventures/Action/Fantastique - Réalisation : Kaisorn Buranasing

Auteurs & scénaristes : Sunthorn Phu (d'après son oeuvre)

avec: Charlie Trairat (Sudsakon), Sorachai Sang-aakaat (le père de Sudsakorn), Woravit Kaewphet (Srisuwan), Suchao Pongwilai , Anyarit Pitakkul , Phanudet Watanasuchart (Usalen), Natathida Damrongwisetphanit (la Princesse) et Pemanee Sungkorn (une sirène)

 

L'histoire

Sudsakorn est un enfant vaillant, élevé par son grand-père selon certaines traditions ancestrales. Sa mère, une magnifique sirène, l'envoie à la recherche de son père, qu'il n'a jamais connu. Équipé d'une arme magique, accompagné d'une créature mi-dragon, mi-cheval, Sudsakorn se met en quête. Son voyage sera semé d'embûches, de rencontres merveilleuses et de périls mortels. Bientôt, l'enfant se retrouve au cœur de l'éternel affrontement des hommes de courage et de bonne volonté, contre les forces du Mal...



04/07/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres