Asok: une correspondance légendaire

          A Bangkok, Asok Road est un repère toponymique notoire qui donne leur appellation à des points de communication importants: stations de métro aérien et souterrain, gare ferroviaire, pont, marché... Comme dans bien d'autres cas, c'est une référence empruntée à la culture bouddhique.


          Le vocable 'asok' vient du pali, lui-même issu du sanskrit. La voyelle initiale 'a' est un privatif, se traduisant donc par 'sans', et 'sok' veut dire 'désarroi, souffrance', l'ensemble exprimant une absence d'affliction.

          Dans sa forme d'origine, Asok se prononce Ashoka, qui est le nom d'un empereur de l'Inde antique (3ème siècle avant J.C.). Sa réalité historique ne fut attestée par les chercheurs qu'au 19ème siècle de notre ère. Jusque là, il était cité dans différents contes légendaires bouddhiques, comme l'Ashokavadana (la 'Geste' d'Ashoka), datant du 2ème siècle après J.C.

          Ce monarque à l'envergure considérable s'est converti au bouddhisme lors d'un carnage qui mit un terme à sa boulimie d'expansion territoriale. Son empire s'étendait de l'Assam à la Perse ancienne et depuis le Népal actuel jusqu'à la région de Mysore (Inde méridionale).

          Il fit construire des milliers de stupas (monuments-reliquaires) et ériger ses fameux piliers sur lesquels furent gravés ses édits. Ce sont les traductions commentées de ces 'documents épigraphiques' (inscriptions sur un support solide, la pierre en général) qui permirent à des historiens, en 1837, d'apporter un éclairage décisif sur l'extraordinaire dimension politico-spirituelle de ce personnage devenu le modèle absolu du souverain idéal.


          La plus célèbre de ces colonnes est celle de Sarnath (près de Bénarès) où le Bouddha prononça son tout premier discours. Le groupe de quatre lions qui en constitue le chapiteau a été adopté par la république indienne comme symbole national (1947).

        La roue de la loi (dharma-chakra) qui figure également à son sommet a été intégrée dans le drapeau national. C'est dire la place prééminente d'Ashoka dans l'histoire de la patrie de Gandhi.

 Raymond Vergé

 ################################

ARTICLES ASSOCIÉS/CONNEXES 

Suvarnabhumi: une étymologie verbatim

La vérité sur Bumrungrad

Bangkok et son double

Thai Airways logorithmes

Démocratie, où est ta Victoire?

Dusit: un séjour vraiment paradisiaque 

Siam et Indochine: Bangkok Chinatown

 ################################

 



«Les Inscriptions d'Asoka»

Traduit et commenté par Jules Bloch.

Editions Les Belles Lettres. 216 pages. Paru en 2007.

Mardi 27 février 2007, par Patrick Le Gac

Sacré vers –260 avant J.-C., l'empereur Asoka, de la dynastie Maurya, régna durant trente-six ans et unifia le plus vaste territoire connu de l'histoire indienne. Souverain longtemps légendaire, réputé pour avoir tué ses quatre-vingt-dix-neuf frères afin d'accéder au pouvoir, il entra dans l'Histoire avec la découverte, à partir de 1837, de plusieurs piliers situés à des milliers de kilomètres les uns des autres et portant de longues inscriptions rédigées à la première personne: ce sont ses Édits. Dans ces textes, qui commencent par la formule «Le roi ami des dieux au regard amical parle ainsi», Asoka énonce, dans les six premiers: le progrès de la Loi, la définition de la Loi, le péché, les devoirs des contrôleurs et la protection des animaux. S'y ajoutent ensuite diverses mesures pour le bien-être des populations et autres ordonnances. La philosophie qui inspire les Édits est bouddhiste, et l'Empereur regrette les guerres du début de son règne, mais il ne renie pas le brahmanisme. Soucieux d'être compris de ses sujets, Asoka a fait écrire ses Édits en divers dialectes locaux, proches du prâkrit (lui-même dérivé du sanskrit), et adoptant les graphies du lieu. Ces Édits, qui forment un bref traité de politique et de morale, sont uniques dans l'histoire humaine: jamais empereur ne s'est exprimé en termes semblables.



02/03/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres