Lettre ouverte à Emmanuelle Béart (l’unicéfiste)

Madame (ou Mademoiselle?),


            Je vous ai entendue sur TV5, le 5 mars [2004],  dans le cadre de l'émission «L'INVITÉ» (22h30, heure thaïlandaise), parler (en 'qualité' d'ambassadrice de l'UNICEF) des bordels de Bangkok et de Pattaya, ces lieux terribles de l'esclavage moderne, où l'on prostituerait des enfants, impunément. Je crois savoir que vous étiez venue en Thaïlande courant novembre 2001.


                Je vis à Pattaya depuis 1997. Combien de temps y avez-vous passé lors de votre visite? Était-ce plus ou moins de 24 heures ? Qui donc vous a accompagnée? Quels sont ces extralucides qui vous ont montré des enfants prostitués? J'espère que vous aviez appelé la police, parce que je puis vous dire que les autorités thaïlandaises ne sont pas tendres avec les pédophiles (notamment étrangers), surtout lorsqu'il y a dénonciation. Combien en avez-vous fait arrêter ? Peut-on consulter les procès verbaux ? Mettez un peu plus de glasnost dans votre pérestroïka, camarade !


            Je vis donc à Pattaya depuis 1997. Nous sommes ainsi des milliers d'Occidentaux, avec une activité professionnelle, une famille (et même des amis!), qui menons une vie parfaitement saine et 'normale' dans cette station balnéaire du golfe de Siam. Ici, les détraqués (sexuels!) représentent le même [petit] pourcentage que partout ailleurs.


                 Comme dans les pays développés, nous avons nos élites (sic), i.e. nos 'Lions & Rotary Clubs', notre Confrérie de la Chaîne des Rôtisseurs, nos Loges de Francs-maçons, nos Sociétés Protectrices des Animaux, nos Clubs de Bridge, nos Clubs Sportifs, nos Pêcheurs au Gros, nos 'Quizzeurs' du vendredi soir, nos plaisanciers du dimanche, nos Business & Tourism Associations, nos Cercles d'Expatriés, nos Cercles d'Épouses d'Expatriés, nos Golfeurs émérites (… de passage, initiatique), nos Témoins de Jéhovah et autres Rédemptoristes avec leurs Études Bibliques, nos Concentrations de Motards au Grand Cœur, nos Y.W.C.A., nos Y.M.C.A., nos Alcooliques Anonymes… Rien que du beau linge, croyez-moi.


                Et pensez-vous que nous tolèrerions la prostitution infantile, à deux pas des écoles où nos enfants apprennent à vivre ensemble dans la dignité et le respect mutuel? Je puis vous assurer qu'à Pattaya, personne n'oserait émettre ne serait-ce que l'ombre de l'idée de l'ébauche d'esquisse de projet de l'amorce de début de réseau de prostitution infantile, parce que la réaction (positive et vigoureuse) de notre part serait absolument immédiate, implacable et de concert avec les autorités locales.


               Outre le fait que l'exploitation sexuelle des enfants nous révolte autant que vous, Pattaya souffre déjà d'une mauvaise réputation totalement injustifiée et nous ne tenons pas à en rajouter. Parmi les francophones, merci au Guide du Routard, à la chaîne M6 et à Michel Houellebecq, entre autres 'organes médiatiques', qui ont contribué a propager des contrevérités en faisant du sensationnel bien sulfureux sur Pattaya.


            Je ne doute pas un instant de votre bonne volonté, mais si vous (et l'Unicef) voulez rester crédible(s), cessez donc de véhiculer des informations aussi mensongères et dénuées de fondement. Votre combat est la protection de l'enfance et c'est aussi le nôtre: vous n'avez pas le monopole du cœur, comme disait un certain V.G.E. à un soi-disant socialiste.


      Sans doute candidement, vous vous êtes rendue coupable de 'désinformation'. Ce genre de déclaration à l'emporte-pièce vous donne bonne conscience, ainsi qu'à ceux qui croient que vous parlez sous le contrôle d'observateurs indépendants. Mais c'est nous, les résidants honnêtes et bienveillants, qui sommes les plus habilités à témoigner de ce qui se passe dans 'notre' ville.


            Être accusée de manquer de rigueur intellectuelle, lorsqu'on est sincère par ailleurs, peut se révéler dommageable pour la cause que l'on défend (surtout si celle-ci est juste, comme c'est le cas). Alors, de grâce, à l'avenir, ne vous contentez pas de visites superficielles menées tambour battant. Préparez de vraies missions, des enquêtes sérieuses que vous organisez vous-même (en voyageant incognito) et laissez la réalité se dévoiler devant vous, spontanément et en toute innocence.

Raymond Vergé

 

PS: L'Innocence. C'est justement ce qui manquait sur la couverture du magazine 'Elle' de mai 2003. J'ai pu l'apprécier, de façon libidinale, car j'étais à Paris à ce moment-là. 'La naissance de Vénus' (ou 'Vénus sortant des eaux') de Botticelli véhicule un certain classicisme universel, mais la Béart (callipyge et plantureuse) prenant les eaux, c'est un très bon coup… médiatique. Quelles que soient les circonstances de cette photo, avoir accepté de la laisser placarder sur les murs de la capitale, au risque de provoquer des accidents (de… véhicules) un peu partout, suppose une complaisance, voire une complicité avec les 'manipulateurs', les exploiteurs de l'objet du désir à des fins commerciales.


Par curiosité, avant de rédiger cette lettre, j'ai tapé 'Emmanuelle Béart Pattaya' sur Google (un des moteurs de recherche de l'Internet). Résultat : des pages et des pages de listes d'adresses de sites pornos. C'est ce qu'on appelle un effet pervers! Vous qui dénoncez Pattaya comme étant un repaire de 'Dutroux' asiatiques, vous avez réussi, en vendant votre image, à devenir également (comme le nom de Pattaya) une fausse référence 'syntactique' pour attirer les cybernautes amateurs d'images à caractère sexuel. Ce bon vieux gag de l'arroseur arrosé reste donc d'une actualité insolente ! Dommage pour la vérité historique…


A l'occasion, passez de ma part le bonjour à Daniel Auteuil: nous avons travaillé ensemble en 1974-75 à Paris dans le spectacle 'O Calcutta',  lamentable et grotesque, mais un grand succès de l'Élysée Montmartre, avec Philippe Khorsand, Roger Mirmont, Hervé Palud, une fine équipe…

Voir article sur le sujet: 1974: O Calcutta, souvenirs accessoires...

Raymond Vergé

 

Première sortie en DVD d'un film érotique d'Emmanuelle Béart

© AFP

Emmanuelle Béart

PARIS (AFP) - 26/05/2004 16h28 - "Premiers désirs", film érotique avec l'actrice Emmanuelle Béart tourné en 1980 par David Hamilton, sortira le 9 juin en DVD, ont annoncé mercredi les éditions Traversière.

Introuvable depuis son exploitation en salles, trois ans après le tournage qui s'était déroulé à Saint-Tropez (Var), "Premiers désirs" évoque "le dernier été d'une jeune fille".

Emmanuelle Béart qui avait alors 16 ans, y partage l'affiche avec Monica Broeke et un autre débutant dans le 7e art, Stéphane Freiss.

 



15/03/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres